Les métiers de l'énergie éolienne

L’éolien est l’une des filières énergétiques les plus actives. En 2014, près de 12 000 MW de nouvelles capacités ont été installés en Europe et 51 500 MW dans le monde. L’éolien est devenu la première forme de production d’électricité développée en Europe. La France a pour sa part, implanté plus de 1 000 MW en 2014 et se place sur la quatrième marche du podium européen, derrière l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la Suède.

Pour répondre aux objectifs de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015, qui prévoit, pour 2030, 40 % d'électricité d'origine renouvelable et 32 % d'énergies renouvelables dans la consommation finale brute d'énergie, le rythme de développement des nouvelles installations doit encore s’accélérer.

Aujourd’hui la filière éolienne terrestre française emploie près de 12 000 personnes. La réalisation des objectifs de la loi va permettre de créer plusieurs milliers d’emplois nouveaux.

300 entreprises françaises, leaders mondiaux dans leur domaine et très présentes à l'étranger, fabriquent les composants pour les éoliennes. Ces sociétés ont des activités très diverses : de la fabrication de pièces, au développement et à l'exploitation d'éoliennes, en passant par les études acoustique, sur la biodiversités, etc.

Des métiers très variés

La filière éolienne propose une grande diversité de métiers et de compétences : des responsables d’exploitation, des superviseurs de site éolien, des responsables de marketing, des responsables qualité, des logisticiens, des chargés d’affaires, des chargés d’étude exploitation, des contrôleurs, …

Certaines entreprises ou bureaux d’études ne travaillent qu’au développement et aux études, d’autres construisent les parcs, d’autres encore fabriquent ou assemblent les pièces des éoliennes. Certaines d’entre elles sont des entreprises industrielles historiques qui ont trouvé de nouveaux débouchés grâce à l’industrie éolienne.

Nous présentons ici quelques métiers spécifiques de la filière éolienne exigeant des compétences diverses.



Chef de projet

Le chef de projet éolien occupe une fonction centrale sur l’ensemble de la phase de développement d’un parc éolien, précédant sa construction.

Le chef de projet éolien suit l’ensemble du développement d’un projet éolien, du choix du site et des premières études jusqu’à l’obtention des autorisations de construction de parcs éoliens.

Le choix du site consiste à déterminer les sites potentiels d’implantation par l’analyse du gisement de vent (à l’aide de mâts de mesures), du contexte géographique et de la topographie du sol. Le chef de projet réalise ensuite l’ensemble des études de faisabilité technique et économique. Il coordonne la réalisation de ces études par des bureaux d’études spécialisés en lien avec les associations locales de protection de la biodiversité, des différents volets (faune, flore, acoustique, étude paysagère…) du dossier de l’étude d’impact sur l’environnement du projet de parc. Il étudie et prend en compte les contraintes réglementaires et les possibilités de raccordement du parc au réseau électrique.

Il prend contact avec les propriétaires fonciers, les exploitants agricoles et les élus locaux afin de déterminer les possibilités d’implantation précise de chaque éolienne. Il organise régulièrement des réunions d’information auprès du public pour favoriser la connaissance et l’amélioration du projet.

A l’issue de cette phase, un dossier de demande de permis de construire et d’autorisation ICPE (Installation classée pour la protection de l’environnement) est transmis aux services de l’Etat. Le chef de projet assure le lien avec ces différents services.

Le chef de projet réalise, en parallèle de la procédure d’instruction des demandes de permis de construire et d’autorisation ICPE, les démarches auprès des gestionnaires de réseaux pour la planification et la contractualisation des travaux de raccordement au réseau électrique.

Formation et compétences requises

Niveau Bac + 5

Il n’existe pas de formation spécifique pour exercer le métier de chef de projet éolien. La plupart d’entre eux sont issus de formations diplômantes Bac +5 d’une école d’ingénieur généraliste ou spécialisée et/ou titulaire d’un master spécialisé dans le domaine de l’énergie ou des énergies renouvelables.


Chaudronnier

Une éolienne inclut de nombreux éléments mécaniques (moyeu, génératrice, arbre, multiplicateur, mât acier…) qui doivent être conçus pour un fonctionnement d’une durée de 15 à 20 ans.

Le métier de chaudronnier consiste à travailler, transformer différents métaux (cuivre, acier, étain, plomb) ou alliages (de cuivre, nickel, titane…) sous forme de tôles (feuilles, plaques) et à réaliser des équipements de grandes dimensions, parmi lesquels des cuves, des pièces pour l’industrie navale, aéronautique ou ferroviaire, ou des pièces pour éoliennes (moyeu, arbre…), en grandes ou petites séries.

Le chaudronnier effectue d’abord le tracé de la pièce à réaliser avant de découper le métal selon ce tracé, puis met en forme la pièce, par pliage, cintrage, perçage ou emboutissage. Les pièces sont ensuite assemblées par soudage, boulonnage et rivetage. La plupart de ces tâches sont effectuées par des machines automatisées à commandes numériques que le chaudronnier a la responsabilité de commander, surveiller et entretenir.

Ce métier nécessite rigueur, habileté et précision, ainsi qu’une bonne appréhension de la géométrie et en particulier des formes. Le métier de chaudronnier s’exerce le plus souvent en atelier mais des installations directement sur un chantier sont possibles.

Formation et compétences requises

Niveau Bac Pro

Ce métier est accessible par la voie de la formation initiale et de l’apprentissage. Plusieurs diplômes peuvent mener à différents niveaux de qualification : CAP, BEP, Bac Pro, BTS ingénieur. Après plusieurs années d’expérience, un chaudronnier peut évoluer vers des postes de maîtrise, de bureau d’études ou de contrôle.

Chef de projet construction

La construction d’un parc éolien comprend plusieurs étapes : aménagement des chemins d’accès, réalisation des fondations, réception, assemblage et montage des éoliennes, raccordement et mise en service.

Suite à l’obtention des autorisations administratives, débute la phase de sa construction du parc éolien qui se déroule sur une durée de 6 à 9 mois, pour des raisons météorologiques et liées au cycle biologique des espèces présentes sur le site d’implantation.

Le chef de chantier a pour mission la conduite de la construction du parc et assure le bon déroulement du chantier, conformément aux prescriptions obligatoires figurant dans l’autorisation. Il établit un cahier des charges pour chaque étape, sélectionne au moyen d’appels d’offres les entreprises sous-traitantes (génie civil, fondations, transport, raccordement électrique, ingénierie, achat de matériaux…) et coordonne l’intervention de chacune, dans le respect du calendrier qu’il aura préétabli. Il s’assure également du respect des règles de sécurité sur le chantier, tant pour le personnel que pour les équipements installés. Il gère une équipe d’une quinzaine de personnes.

Formation et compétences requises

Niveau Bac +3/+5

Diplôme d’ingénieur ou de technicien supérieur spécialisé en génie civil ou travaux publics.


Bureau d'étude

De nombreux bureaux d’études, avec des expertises très diverses accompagnent le développeur tout au long de son projet. Les premiers effectuent les mesures de gisement du vent qui décideront de la faisabilité du projet. Viendront ensuite, les acousticiens qui travailleront à développer un parc respectueux de ses riverains, et les paysagistes qui s’appliqueront à intégrer harmonieusement le projet dans son environnement. De leur côté, les spécialistes de la biodiversité interviendront pour que les éoliennes ne nuisent d’aucune manière au milieu naturel (paysage, biodiversité...) dans lequel elles seront implantées.

Formation et compétences requises

Niveau Bac +3 pour les techniciens à Bac +5 pour les ingénieurs

Les techniciens en bureaux d’études sont principalement issus de formation BTS ou DUT de technologies des énergies renouvelables et génie climatique. On retrouve aussi des ingénieurs issus de formation généraliste ou spécialisés en énergies renouvelables.


Technicien de maintenance d'éoliennes

La maintenance des éoliennes est un élément-clé dans la vie d’un parc éolien. Elle permet le fonctionnement du parc pendant plus de 15 ans.

Le technicien de maintenance effectue la planification et la réalisation des tâches de maintenance préventive et curative d’un parc éolien (mise sous tension, suivi des performances des éoliennes, missions régulières d’inspection, identification et résolution de problèmes techniques, dépannage…), pour assurer une disponibilité maximale des éoliennes. La maintenance préventive permet, par anticipation de la fatigue d’un composant, de réduire la probabilité de défaillance ou dégradation de son fonctionnement. Ces tâches nécessitent l’utilisation de divers logiciels spécifiques.

Ces opérations de maintenance sont le plus souvent effectuées par les fabricants qui installent les éoliennes, au moins pendant les premières années d’exploitation du parc, mais tendent de plus en plus à être gérées par des entreprises extérieures, soit par le biais de la sous-traitance lorsque les machines sont sous garantie, soit à l’issue de la période de garantie prévue par les fabricants d’éoliennes.

Formation et compétences requises

Niveau Bac +3

Il existe en France aujourd’hui de nombreuses formations qui préparent au métier de technicien de maintenance notamment dans des lycées techniques et professionnels (comme ceux de Charleville-Mézières, Nîmes et Montmorillon). Ces formations correspondent à un BTS, niveau bac +3, effectué le plus souvent à la suite d’un baccalauréat professionnel. De nombreux IUT proposent maintenant des formations Bac +3 sur les métiers de la maintenance et de l’exploitation des équipements énergies renouvelables. Des stages en entreprise chez les fabricants d’éoliennes sont obligatoires.


 

Le schéma de la chaîne de valeur


Ce schéma décrit les différentes étapes de la réalisation, de la mise en service et de l'exploitation d'un parc éolien terrestre.