L’énergie éolienne, quel rôle dans le mix électrique des pays ?

Quand on parle d'énergie en France, nous avons souvent tendance à ne penser qu'à l'électricité. Or, il faut rappeler que 30 % de l'énergie est utilisée pour le transport, 42 % pour la production de chaleur et seulement 28 % pour nos besoins en électricité.

Si on se concentre sur la partie électrique, 82,5 %* (contre 85 % en 2014) de l'électricité française provient aujourd'hui de ressources non renouvelables : charbon, fioul, gaz, uranium. Par ailleurs, le parc de production de pointe repose sur des centrales thermiques, polluantes et émettrices de CO2. Le dérèglement climatique, auquel ce CO2 participe par le biais de l'effet de serre, nous oblige à réduire nos émissions de carbone, donc à remplacer autant que faire se peut, les énergies fossiles par des énergies renouvelables.

L’énergie éolienne compose aujourd'hui une part importante du système énergétique dans de nombreux pays. Elle est reconnue comme une source d'électricité fiable et compétitive.

Au cours de la dernière décennie, l'énergie éolienne s'est développée partout dans le monde à un rythme soutenu avec une croissance de 30 %.

Selon Bloomberg, la puissance éolienne installée dans le monde pour l’année 2015 a atteint 64 000 MW, pour une capacité totale en fonctionnement fin 2015 de 432 419 MW. ​

En Europe, selon l’Association européenne de l’énergie éolienne (EWEA), le parc éolien atteint 142 000 MW fin 2015. Avec plus de 12 800 MW raccordés durant 2015.

En France, la filière éolienne concentre un tiers des capacités de la puissance du parc de production d'électricité d'origine renouvelable, après l'hydraulique qui en compose 60 %.

Placeholder image

Avec la loi relative à la transition énérgétique pour la croissance verte, du 17 août 2015, la France s'est fixé pour objectif d'atteindre, à l'horizon 2030, 40 % d'énergies renouvelables dans sa production électrique. Cette transition a pour but de lutter contre le réchauffement climatique et donc d'investir progressivement dans de nouvelles formes d'énergie vouées à prendre le relai des moyens de production actuels.

L'énergie éolienne jouera un rôle essentiel dans l'atteinte de cet objectif de 40 % ; son déploiement va permettre le développement sur notre territoire d'une filière industrielle d'avenir qui emploiera jusqu'à 60 000 personnes en 2020 et servira de relai de croissance à de nombreuses entreprises.

Placeholder image

*suite à la fermeture de 6 centrales à charbon en 2015